Mahmoud l'aubergiste

Comme nous l’avons évoqué ces derniers temps, floussek.com connait une croissance très forte des demandes d’internautes en recherche des meilleurs offres de crédits. Ce constat nous a amenés à renforcer notre suivi clients afin de nous assurer que nos utilisateurs trouvent ce qu’ils recherchent.

L’occasion pour nous d’avoir des discussions de fond avec de nombreux professionnels tunisiens, inquiets pour l’avenir de leur entreprise, et souvent impuissants face à cette nouvelle crise économique qui s’annonce.

Mahmoud, 46 ans, en a déjà bavé depuis la révolution. Le contexte économique ne lui a pas fait de cadeau, et cette histoire de Coronavirus n’arrange rien... Son auberge ne gagne plus d’argent depuis le début de la crise. Ce n’était clairement pas le moment: son entreprise n’est pas encore prospère, et Mahmoud doit trouver le moyen de passer cette période complexe sans y laisser trop de plumes. En particulier, il ne veut pas se séparer des deux femmes de ménage qu’il emploie, en qui il a confiance, et qui elles-même n’auraient plus de revenus avant la reprise…

Alors, logiquement, Mahmoud se renseigne sur les crédits. Mais évidemment, rien n’est simple: la multitude de banques présentes sur le territoire tunisien brouille les pistes. Entre celles qui ne donnent pas toutes les informations importantes sur leur site et celles qui ne répondent même pas au téléphone, il ne sait plus où donner de la tête. Il a aussi demandé des conseils à ses proches, mais tous lui ont indiqué des établissements différents…

Mahmoud a finalement choisi de faire appel à floussek.com pour lui donner une vue précise et exhaustive des offres de crédits, avec un classement des banques selon leurs avantages mais aussi leur délais de traitement de dossiers. Et ce contact nous a permis de confirmer l’importance de pouvoir bénéficier d’une mise en concurrence transparente des différentes offres de crédits en Tunisie.

Mahmoud a besoin de 3000 dinars pour tenir deux mois. Son histoire nous a émus. Alors que nous effectuions de simples appels de suivi satisfaction, nous avons été confrontés à de nombreux cas comme celui-ci, qui ne sont malheureusement pas rares. Au moins, il semble que nous ayons permis à Mahmoud de voir plus clair dans l’offre de crédit du marché tunisien. 

Nous ne pouvons qu’espérer une fin de crise rapide et un retour à la normale pour ce professionnel qui ne cherche qu’à gagner son pain à la sueur de son front.

 



Attention! Veuillez vous pour laisser votre message.
TopTop