Banques en lignes: quelles leçons tirer de la crise du Covid 19?

 

Si vous êtes sortis de chez vous ces derniers jours, vous les avez forcément remarquées: ces files d’attentes de plusieurs dizaines de mètres devant chaque agence bancaire… Quelqu’en soient les causes - déconfinement, Aïd etc - on ne peut que constater que les choses n’ont pas radicalement changé après deux mois de pandémie: une grande partie des tunisiens ont toujours besoin d’aller au guichet pour réaliser leurs opérations.

Peut-être le processus de dématérialisation nécessite t-il plus de temps. Quoi qu’il en soit, c’est l’occasion de faire un point sur les banques en ligne et ce que leur activité pendant cette crise peut révéler d’important.

 

Qu’est-ce qu’une banque en ligne?

Vous en avez forcément entendu parler: les banques en lignes diffèrent des banques traditionnelles pour la simple raison qu’elles fonctionnent sans agence. Pourtant, celles-ci apportent les mêmes services que vos agences habituelles: comptes courant, épargne, crédits (etc). Cependant, en tant que pureplayers (100% numériques), les banques en ligne arrivent à proposer des tarifs très avantageux. Ce qui leur a permis d’opérer une croissance très forte ces dernières années. En France, leurs utilisateurs se comptent déjà par millions.

Attention, zéro agence ne veut pas dire zéro contact: de nombreuses banques en ligne assurent le suivi via réseaux sociaux, mails, téléphone etc. Cependant, dans certains cas, on parlera plutôt de néo-banques, ou banques mobiles, car 100% des services peuvent être réalisés via application mobile. 
 

Comment les banques en ligne traversent cette crise?

Comme l’explique Moneyvox, le confinement a poussé de nombreuses personnes à modifier leurs habitudes, et notamment à ne plus se déplacer en agence pour régler leurs opérations courantes. Or, les banques en lignes n’ont pas eu à modifier leurs produits, ni leur mode opératoire. Par définition, ces établissements étaient prêts pour une activité… sans déplacement. La crise les a donc très peu impactées. 

Il faut toutefois noter que de nombreuses banques “traditionnelles” s’en sont aussi très bien sorties. Mais pas n’importe lesquelles: pour qu’une banque puisse maintenir son activité en période de confinement, il faut qu’elle ait déjà réalisé les grands chantiers de dématérialisation de ses services: contact client, application etc

 

Les banques en ligne et la Tunisie

Il n’existe pas de banque en ligne en Tunisie.

Et les tunisiens n’ont pas accès aux banques en ligne étrangères, du fait de l’inconvertibilité du dinar. De ce fait, les tunisiens sont privés de ces services. Mais, au final, est-ce un besoin ici? Rappelons que le taux de bancarisation est encore un enjeu très fort pour les grandes banques tunisiennes, avec une agence pour 6.000 habitants à peu près. Cependant, le réseau d’agences a tendance à se concentrer sur les zones plus densément peuplées, grandes villes et côtes en premier lieu. 

Cette tendance, qui doit assurer une certaine forme d’équité dans l’accès à la banque, montre combien l’activité bancaire est en Tunisie associée à la présence physique ! Il est d’ailleurs toujours obligé pour les clients de se rendre en agence pour signer leurs contrats... Or, depuis l’apparition du Covid 19, vous avez sans doute vu se multiplier les annonces d’efforts commerciaux par les banques tunisiennes (parfois à la demande du gouvernement).

 

Un jour peut-être?

On voit bien comme les banques tunisiennes ont été prises de court: le retard de ce secteur en matière d’activité numérique est immense. Et si les banques en ligne avaient accès au marché tunisien, les banques traditionnelles tunisiennes n’auraient pas la capacité à rester compétitives sur le plan tarifaire. 

On peut cependant se demander si les tunisiens feraient confiance à un service en ligne. Par ailleurs, il serait intéressant de voir se créer une première banque en ligne tunisienne, qui ne serait donc pas bloquée par les barrières protectionnistes d’un Etat en difficulté avec les défis technologiques de son temps. D’ici-là, la signature électronique devra avoir fait son chemin dans les mentalités, et surtout dans la législation. En effet, la sécurité des données n’est pas plus assurée à l’issue d’un entretien physique que lors d’un échange virtuel ou de remplissage d’un formulaire sur le web. En la matière, la Tunisie conserve malheureusement un retard accablant.

En attendant ce jour, les banques traditionnelles restent de mise, et vous pouvez comparer toutes leurs offres ici.

 



Attention! Veuillez vous pour laisser votre message.
TopTop