Tunisiens Résidant à l'Étranger: la contribution de trop?

Alors que, d’un coup de baguette magique, la France est passée de zone orange à zone verte en 24h, permettant ainsi de limiter les mesures de contrôle de ses visiteurs en Tunisie, les spéculations vont bon train sur l’activité touristique cet été, et notamment sur l’afflux espéré des fameux TRE: les Tunisiens Résidant à l'Étranger !

Des avantages pour les Tunisiens résidant à l’étranger

Plus d’un million de tunisiens résident à l’étranger, dont une grande majorité en Europe. Cette appellation englobe les tunisiens ayant résidé dans un pays étranger durant plus de deux ans.

Historiquement, ils ont toujours représenté une manne financière importante pour la Tunisie. D’où l’entrée en vigueur sous l’ère Ben Ali d’un certain nombre d’avantages et privilèges afin de les inciter, soit à passer du temps dans leur pays natal, soit à s’y réinstaller pour y développer de nouvelles activités.

Ainsi par exemple du fameux FCR, qui permet d’importer un véhicule sans s’acquitter des droits de douanes en vigueur. D’autres exonérations peuvent accompagner la création d’une entreprise, notamment sur l’importation de matériel ou de machines. Dans certains cas, l'exonération de TVA est également valable localement.

 

Des rentrées financières conséquentes

L'Office des Tunisiens à l'Etranger considère que les Tunisiens Résidant à l'étranger sont à l’origine du rapatriement de 1,1 milliard de dinars, dont les trois quarts en transferts monétaires, ce qui en ferait la quatrième source de devises du pays et pas moins de 5% du PIB !

On comprend mieux l’empressement des gouvernements successifs à encourager leur venue ! S’ajoute à cela une saison touristique qui s’annonce très compliquée, du fait des conséquences du Covid 19.

 

Les TRE, vache à lait des gouvernements successifs

Marouane Abassi, gouverneur de la Banque Centrale, rappelait ainsi récemment sur Express FM l’importance croissante de la contribution des Tunisiens de l’étranger dans l’approvisionnement des caisses de l’Etat en devises, supérieur à celui du tourisme. Ils auraient ainsi rapporté 5,2 milliards de dinars en devises en 2019. Un montant cinq fois supérieur à celui cité par l’OTE plus haut.

 

Un sentiment d’injustice 

Seulement voilà, les TRE quant à eux, commencent à être fatigués qu’on les sollicite constamment. Car on ne leur a pas fait que des cadeaux dans le temps: à l’heure où nous publions cet article, une pétition “contre l'augmentation exorbitante des tarifs des services consulaires” a récolté près de 4000 signatures sur un objectif de 5000. Et “Menech Mrawhin”, campagne lancée sur les réseaux sociaux, a rapidement pris de l’ampleur.

C’est qu’il ne s’agit pas que d’argent. De nombreux tunisiens vivant en Europe ou ailleurs ont le sentiment d’être considérés uniquement pour ce qu’ils peuvent rapporter financièrement à l’Etat, sans que ce dernier montre de considération à leur égard. Durant la crise du Covid, d’innombrables témoignages ont expliqué le manque de moyens et d’efforts pour rapatrier les tunisiens qui souhaitaient être auprès des leurs.

Alors que la crise sanitaire s’atténue, les conditions drastiques imposées aux TRE cet été et l’augmentation des frais de chancellerie ont fait l’effet d’une bombe auprès de cette communauté, qui ont le sentiment d’être traitées comme des vaches à lait. Le prix des billets d’avions ajoute encore au problème !

Carthage semble, depuis peu, prendre conscience de ce ressentiment et les dernières communications se veulent apaisantes. On saura bien assez tôt si les TRE passeront leur été en Tunisie ou ailleurs...

 



Attention! Veuillez vous pour laisser votre message.
TopTop