Qu’est-ce que le FMI?

Difficile de s’intéresser à l’économie mondiale sans entendre parler du FMI. En effet, derrière cet anagramme se cache un important mécanisme de financement international. 

Si vous le découvrez, voici les notions clés à retenir.

Qu’est-ce que le FMI ou Fonds Monétaire International?

Le Fonds Monétaire International a été créé en 1944 lors d’une assemblée des Nations Unies. Au sortir de la crise financière mondiale des années 30, 44 pays décident de créer une instance chargée de renforcer la stabilité économique mondiale. Aujourd’hui, 189 pays en sont membres, dont la Tunisie depuis 1958.

Son siège est basé à Washington. 24 administrateurs composent son conseil d’administration et environ 2400 collaborateurs y travaillent actuellement. Depuis 2019, le FMI est dirigé par Kristalina Georgieva, première figure d’un pays émergent depuis la naissance de l’organisme. Elle remplace la française Christine Lagarde.

Comment fonctionne le FMI?

Dans un monde totalement mondialisé et dont les bouleversements financiers peuvent se faire extrêmement rapidement, le FMI se donne ainsi pour principale mission de stabiliser le système monétaire international.

Concrètement, il évalue les politiques économiques et financières de ses états membres, et préconise le cas échéant des solutions permettant de minimiser leur fragilité face aux crises économiques et financières et de stabiliser leur balance des paiements. Les états membres peuvent solliciter des prêts leur permettant d’atteindre leurs objectifs, en contrepartie desquels le FMI veillera à ce que certaines mesures jugées nécessaires soient mises en place par le pays recevant les fonds.

Le FMI est financé par ses états membres, à hauteur de leur position dans l’économie mondiale. Le budget global est d’environ 650 milliards de dollars.

Des actions controversées

Le FMI fait l’objet de débats depuis de longues années. On lui reproche en effet de renforcer les relations de dépendance des économies émergentes envers les pays riches, à travers des mécaniques de prêts jugés aliénants. Le FMI intervient cependant essentiellement auprès d’états se trouvant déjà en faillite ou en passe de le devenir.

Certains lui reprochent toutefois un parti pris pro-européen systématique. Par ailleurs, les mesures de rigueur imposées aux états emprunteurs ont parfois été considérées comme trop dures et inadaptées aux particularités locales. On accuse alors le FMI d’imposer par la force le jeu d’un libéralisme international qui tourne in fine toujours à l’avantage des pays riches.

Le FMI et la Tunisie: je t’aime, moi non plus

Le FMI estime que la Tunisie devrait connaître en 2020 la récession la plus forte de son histoire depuis l’indépendance (-4,3%). Aussi, en échos aux solutions d’urgence mises en place par le gouvernement tunisien dans le cadre de la pandémie du Covid 19, l’instance approuve en Avril 2020 une enveloppe de 745 millions de dollars pour soutenir les besoins budgétaires et la balance des paiements de l’Etat. Le FMI assure dans le même temps empêcher la couverture des réserves de la Tunisie de descendre sous le seuil critique de trois mois d’importations, gage de sécurité non négligeable sur le plan économique.

En contrepartie de ce prêt, le FMI a à nouveau demandé à la Tunisie de réduire sa masse salariale dans le secteur public, considérée comme démesurée en comparaison de ses besoins de fonctionnement. 150 millions de dinars d’économies sont attendus en ce sens.

Rappelons que depuis 2016, la Tunisie, endettée à hauteur de 73% de son PIB, a perçu 1,6 milliards de dollars du Fonds Monétaire International dans le cadre d’un plan de sauvegarde qui devait déjà donner lieu aux contreparties citées plus haut.

 



Attention! Veuillez vous pour laisser votre message.
TopTop